Belles initiatives pour ne pas oublier… Le combat continue!

45163730_1926037650765732_4577576887106142208_n

Nantes, 2 Novembre : soirée contre les violences policières

* * * * *

45189610_1947423675341515_1354771446961799168_n

Justice Vérité Pour WissamVérité et Justice pour Ali Ziri,  Justice Pour AngeloCollectif pour Babacar Gueye

45006827_516698645471522_1216560370039128064_n

Tournage du clip « Amal » magnifique morceau écrit par Kery James en hommage aux soeurs, et aux femmes en lutte contre le Permis de Tuer des forces de l’ordre en uniforme. Sur la 2e photo : Awa, la soeur de Babacar Gueye à côté de Kery.

Amour et Force.

45520432_1969176566715449_2191642530347483136_n

Un article publié par l’Action Antifasciste Mulhouse Haut-Rhin le 07 novembre 2018

Merci à KERY JAMES pour le soutien qu’il apporte au Collectif Vérité et Justice pour Hocine Bouras et aux autres familles qui ont perdu un être cher dans les mains des « forces de l’ordre »mais continuent de lutter pour que cela n’arrive plus. Contre les crimes policiers, l’Etat et les fascistes ; la solidarité est notre arme.

Il y a 4 ans, en Alsace dans le Haut-Rhin au Nord de Colmar, Hocine Bouras, qui avait alors 23 ans, a été tué d’une balle à la joue sur l’autoroute A35 par un gendarme, alors qu’il était menotté dans une voiture, et en situation de transfert vers le tribunal de Colmar. La famille de Hocine n’a appris la mort de ce dernier que plus tard… par le journal local !

Depuis, plusieurs membres de sa famille avec l’aide de militant.e.s locaux, et d’autres collectifs qui luttent contre les crimes policiers, se démènent pour obtenir Vérité et Justice pour Hocine, « mort pour rien ». Les idées et initiatives pour renforcer ce combat seront les bienvenues au sein de ce collectif, tant qu’elles restent en accord avec les souhaits de la famille, et permettent de renforcer cette lutte contre les crimes policiers, et de réhabiliter la mémoire de Hocine.

Pour plus de détails ;

https://justicepourhocinebouras.wordpress.com/

https://www.facebook.com/collectif.hocine.bouras/

https://www.syllepse.net/100-portraits-contre-l-Etat-polici

Nous n’oublions pas le nombre affolant de personnes tué.e.s par les forces de l’Etat qui continue de s’allonger depuis cet événement, ni les répressions envers des personnes proches de victimes et /ou investies sur ces questions.

#LaPoliceMutileLaPoliceAssassine
#Légitimecolère

* * * * *

44542911_754294588254180_3608020726210101248_n

* * * * *

44929423_505608209849682_2307432473530728448_n.jpg

27 octobre 2005 – 27 octobre 2018

* * * * *

44845523_2126261257405118_982644987831255040_n.jpg
IL Y A 4 ANS : RÉMI TUÉ PAR LA GENDARMERIE

Dimanche 26 octobre 2014, au matin. Les médias répètent en boucle le rapport de la
préfecture : « le corps d’un homme a été découvert par les gendarmes » à Sivens, dans le Tarn, sur
l’esplanade de terre battue où se situait une forêt dévastée par un projet de barrage.

La veille, samedi 25 octobre, lors d’une manifestation pour la sauvegarde les terres, Rémi, 21 ans, a été tué. Une partie de sa colonne vertébrale a été arrachée par la grenade jetée par un gendarme. Une grenade explosive. Une arme de guerre, lancée dans la nuit, sur un groupe d’écologistes.

Ce jour là, la vie d’un jeune vient d’être volée par le maintien de l’ordre. Le jour de la mort de Rémi, des dizaines de grenades et de balles en caoutchouc ont été tirées sur quelques grappes de manifestants.

A l’époque, les socialistes au pouvoir retiennent leur souffle. Ils anticipent déjà l’onde de choc que produira l’événement. Les communicants entrent en jeu. Il faut produire du bruit pour atténuer le caractère insupportable de la situation, suspendre le temps. Il faut multiplier les insinuations, essayer de salir à titre posthume le défunt, suggérer qu’il est peut-être responsable de sa propre mort. Faire illusion. Dans les jours qui suivent, le gouvernement cherche à épaissir le brouillard, inondant les rues de nuages lacrymogènes.

La mort de Rémi n’est pas une « bavure », ni un accident. Il est presque étonnant que des
armes de guerre, utilisées de plus en plus massivement par les forces de l’ordre, n’aient pas ôté des vies plus tôt.

C’est en revanche la première fois qu’un manifestant perd la vie depuis 1986 en France, avec la mort de Malik Oussekine lors d’un mouvement étudiant. Entre 1986 et 2014, il y a une énorme différence. En 1986, plusieurs centaines de milliers de personnes défilent dans les rues de Paris et de plusieurs grandes villes suite à ce crime policier. Un ministre démissionne. Le projet de loi à l’origine de la révolte étudiante est enterré. La brigade responsable des violences est dissoute. C’est un séisme politique.

Ce qui se passe à l’automne 2014 est un tournant historique.Après le décès de Rémi Fraisse et dès les premiers jours de novembre, le gouvernement socialiste lance l’assaut contre celles et ceux qui osent manifester suite à la mort d’un jeune dans une manifestation. Sans complexe, plusieurs villes où se tiennent des manifestations sont mises en état de siège. Les dispositifs policiers sont hors norme. Des villes comme Rennes, Nantes ou Toulouse sont occupées, plusieurs samedis d’affilée, par des dispositifs de centaines d’uniformes, appuyées par des hélicoptères. Les rares manifestations qui s’improvisent sont, de fait, interdites. Le temps où les gouvernants faisaient le dos rond quand ils avaient du sang sur les mains est révolu : aujourd’hui, ils attaquent. Par la suite, le drame de Sivens est même exploité pour renforcer plus encore l’arsenal répressif. Dans les semaines qui suivent, une « Commission d’enquête parlementaire» est ouverte. Par un retournement de situation qu’on croirait sorti de l’imagination d’Orwell, le rapport préconise l’arrestation préventive des individus considérés « suspects », afin de les empêcher de manifester et la généralisation d’armes encore plus puissantes pour la police.

La mort de Rémi il y a 4 ans constitue donc un tournant majeur de l’histoire politique française, et une accélération de l’ensauvagement répressif. En 4 ans, la police a tué, mutilé, arrêté. Les tirs à balles réelles ne sont plus exceptionnels. L’antiterrorisme est devenu un mode de gouvernement, qui a permis d’arrêter des opposants sans autre forme de procès. Et des dizaines de milliers de grenades, lacrymogènes ou explosives, ont été tirées sur des civils.

La famille du défunt attend toujours justice. Et Rémi reste présent dans nos luttes.

Un texte écrit par Jocelyne Fournier

* * * * *

 

Publicités

Prisons : le ministère de la Justice coupe les ponts avec le Genepi

 

« C’est une rupture historique : l’administration pénitentiaire a décidé de mettre fin à la subvention qu’elle accordait depuis 1976 au Genepi, l’association étudiante d’aide aux détenus. D’après le Monde, qui a révélé l’information, il s’agit de stopper la contribution de 50 000 euros par an. […]
L’association qui emploie 4 personnes et 900 bénévoles perçoit surtout cette coupe de financements comme «une sanction politique», une tentative de museler la liberté associative. «Nous avons eu des positions radicales mais elles étaient nécessaires par rapport aux conditions carcérales qui se détériorent, à la dégradation des droits humains, poursuit Eloïse Broc’h. Nous mettons en lumière le nombre de suicides, ce qui est à chaque fois mal perçu même si on ne vise jamais les surveillants. On dénonce la prison mortifère, et c’est ça qui dérange.» »

Voir ici l’article en entier paru dans Libération le 28 octobre 2018, ou un autre article publié dans le 29 octobre 2018 dans le Journal Le Monde ici :« L’administration pénitentiaire rompt ses liens avec l’association d’aide aux détenus Genepi »

Tout notre soutien à cette association, dont plusieurs militant.e.s dans nombre de villes qui avaient accompagné nos combats contre les crimes et violences des forces de l’ordre, dans et en dehors des prisons, et contre le Racisme d’Etat et la Justice à deux vitesses, notamment le Genepi de Strasbourg qui a été présent aux côtés du Collectif Vérité et Justice pour Hocine Bouras et de sa famille ces dernières années. Nous tenons à les en remercier.

45218045_1945096922250003_5486272463769698304_n

 

 

 

 

Des films qui racontent nos histoires…

Page de soutien a la mémoire d’Ismael Azzedine Abdelkaker assassiné et retrouvé dans le jardin d’un gendarme en Alsace. 😤
Bien entendu comme d’habitude les accusés ont eu un non lieu, 🙏merci de partager cette page afin de soutenir et faire connaitre cette affaire. 
#PasDeJustice #PasDePaix
🙏 Cagnotte pour soutenir la famille ⬇️⬇️⬇️⬇️⬇️⬇️⬇️
https://www.leetchi.com/c/justice-pour-ismael

27 octobre 2005 : Bouna et Zyed meurent dans un transformateur électrique en tentant d’échapper à un contrôle d’identité. Cet événement a été l’un des éléments déclencheur des « Révoltes des Banlieues » de 2005. YA « R »» est une fiction retraçant les dernières heures de la vie de ces deux adolescents avant le drame.

10 ans après cette tragédie, le réalisateur Ibrahim Koudé a fait le triste constat que « rien n’a changé » en France. Il déclare même que la situation s’est empirée depuis « Charlie Hebdo ». 

À travers ce court-métrage, le réalisateur tente de remettre en question les dysfonctionnements de la société qui ont poussé à une telle tragédie. Selon lui, la mort de Zyed et Bouna est devenue le point de cristallisation d’un certain mal être français… 

Prix de la meilleure fiction EICAR 2017 Prix du jury et du public Génération Court 2017 Short Film Corner au Festival de Cannes 2017 Urban Films Festival 2017 Festival CINEMED à Montpellier 2017 Festival Cinébanlieue 2017 Festival du Film Panafricain de Cannes 2018

  •  Dire à Lamine

#OnABesoinDeVous #DiffusionDireALamine
#LaPoliceTue #ViesVolées #LamineDieng
Notre film « Dire à Lamine » est fini depuis cet été. Désormais, il faut absolument qu’il circule ! On fait appel à vous pour que s’opère la magie du collectif, pour que vous organisiez des projections, alliez déranger vos salles de projection locales, bref pour que vous retourniez la terre entière et qu’un maximum de monde puisse voir ce film ! Pour Lamine Dieng, pour sa famille et pour le collectif Vies volées. C’est un film qui parle de Lamine, de 10 ans d’absence, de 10 années de lutte, de vie volées.Comment vit-on avec l’injustice? Avec la double blessure du crime et de l’absence de procès? Comment continue-t-on d’exister, de lutter, de résister? Que faire face à l’impossibilité d’obtenir justice? Autour d’interviews, d’images d’archives, des membres de la famille et des soutiens racontent. Souvenirs, méditation politique, mises en perspective, analyses historiques se succèdent.
La diffusion de ce film partout où il peut être compris (il sera sous-titré en anglais d’ici 2 mois au plus tard) ne se fera pas sans vous. Contactez-nous à l’adresse laminelefilm@cases-rebelles.org
On vous annonce prochainement les dates de projection à venir, mais on vous le répète encore on a besoin de vous pour que le film soit vu autant que possible.
On compte sur vous. Partagez un maximum !
Force et amour !
Le collectif Cases Rebelles
PS : on oublie pas les contributeurICES, y a des choses qui arrivent bientôt !

41632333_2083849008293514_3099561667118235648_n

Film documentaire (56 min)

Réalisation : Sabrina T. 

Wissam El-Yamni est décédé suite à une interpellation le 1er janvier 2012 à Clermont-Ferrand, Morad Touat est décédé le 5 avril 2014 à Marseille suite a une interpellation le 1er avril 2014.

Ces familles s’organisent avec dignité et courage pour faire la vérité sur les décès de leurs proches. Elles ne sont pas les seules dans ce cas. Chaque année en France, entre 10 et 15 personnes non-armées meurent pendant ou suite à une interpellation par les forces de l’ordre.

Les différents groupes organisés historiquement autour de la lutte contre les crimes et les violences policières démontrent la continuité de cette situation depuis les années 60 jusqu’à aujourd’hui.

ob_d7365c_affiche-france6

  • Qui a tué Ali Ziri? de Luc Decaster

12309557_1553817804858872_6324971562415813264_o

  • « Que vaut la vie de Youssef ? – Nous sommes tous Youssef », 60 mn, co-production avec leMIB, Zaléa TV. 2001

Ils ont beaucoup tué cet été : liste des morts et blessés impliquant la police en Ile de France

La hausse des tirs policiers s’est confirmée cet été. Il n’y a pas eu une semaine sans que l’on voie passer un article parlant d’un homme mort ou dans le coma suite à une intervention policière. Et comme souvent l’Île-de-France est en tête des exactions de la police républicaine. Petit rappel de toutes les affaires éclaboussant cette charmante institution pendant l’été 2018.

Article pà lire en entier sur Paris-Lutte.info ici

14 juillet

31 juillet

08, 14, 21, 27 août…

+ le 30 août à Gaillargues (Gard)

41244169_1782636468521719_3639384213788033024_n

 

Images du concert de soutien pour la famille de Hocine à Strasbourg 30 juin 2018

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

http://lenvolee.net/

36465382_1769688469751659_7355200729272811520_n

Un mot de Fatiha, la maman de Hocine : « Une mère ne baisse pas les bras. quand sagie de son fils qui était tué injustement mennottes d’une balle en plain la tête 🤕 sur l’autoroute allah yahmek mon fils le combat continu »

Communiqué d’après-concert de l’AFA Strasbourg : « Le sourire d’une mère qui ne lâche pas le combat : celle de Hocine!

Il y a des artistes qui mériteraient des salles pleines, mais qui viennent dans l’ombre épauler des peines, et partager de manière chantante, des rages et luttes vivantes : contre le Permis de Tuer, la société de consommation, carcérale et sécuritaire toujours raciste et individualiste!

Merci aux soutiens présent.e.s et investi.e.s à nos côtés dans cette dernière soirée de l’été au CAJ Molodoï, et surtout aux artistes qui ne lâchent pas la famille et ont assuré le concert en venant de Serbie, de Colmar, Nancy, et Lyon ainsi que de la Zad du Moulin.

Hommage à Hocine
Hommage à toutes les victimes
#PasDeJusticePasDePaix »

* * *

36612849_1753075214728644_965485588461387776_n

Quelques jours après ce concert…

36728117_1755978881104944_6657995926449160192_n

 

Nantes, le Breil, 5 juillet.
Page de soutien facebook –> Vérité et justice pour Aboubakar
–> Cagnotte de soutien pour les frais d’obsèques à la famille de Aboubakar Fofona <–

Concert de soutien à Strasbourg le 30 juin 2018

36035077_2157817550912379_7478230484078559232_n

La famille de Hocine Bouras se pourvoit actuellement à la Cour Européenne des Droits de l’Homme après avoir essuyé successivement des Non-lieux durant ces dernières années ( le dernier à la Cour de Cassation rendu en janvier de cette année) Elle continue de rassembler des fonds financiers pour couvrir les frais d’avocats qui restent élevés et pressants. Au sujet de la CEDH, voir l’article posté sur ce blog qui revient sur l’actualité de cette instance concernant les meurtres datant de 2008 commis par des policiers / gendarmes : « Verdicts de la CEDH 10 ans après…«
Le 26 août 2018, cela fera déjà exactement 4 années que Hocine a perdu la vie… Nous ne l’oublions pas, et le nombre de tué.e.s par les policiers et gendarmes qui continue de s’allonger depuis cet événement, comme les répressions envers des personnes proches de victimes et /ou investies sur ces questions continue de nourrir de la rage au milieu du chagrin.
« Des crimes policiers, aux bavures policières, il faut que ça cesse! « 
Le combat est loin d’être terminé, et nous comptons rester solidaires auprès des autres familles et collectifs en lutte pour la Vérité et la Justice malgré les distances géographiques qui rendent parfois ce soutien difficile. Nous voulons continuer de partager de la force et du sourire dans les rencontres.

SAM_3402