Bilan de la marche pour la justice et la dignité du 19 mars à Paris par la famille Bouras et le Collectif Vérité et Justice pour Hocine Bouras

Nous avons été plusieurs milliers à marcher le dimanche 19 mars dans les rues de Paris pour la Justice et la Dignité / contre les violences policières.

Pour nous famille Bouras et pour le Collectif Vérité et Justice pour Hocine Bouras, il était important de participer à cette manifestation, en dépit des désaccords politiques impactant l’organisation comme le déroulement de l’événement. En effet, il s’agissait de se retrouver avec les familles de victimes et personnes engagées contre les violences policières et se donner les moyens de renforcer cette lutte.

Cette marche a suscité débats et critiques, sans réponse politique, notamment sur la pertinence d’une nième marche,  de la part des organisateurs.trices comme de la plupart de ses défenseur.e.s.  En effet, ces dernier.e.s ont préféré balayer d’un revers de la main toutes les critiques en se réfugiant derrière une rhétorique consistant à assimiler celles-ci à des insultes faites aux familles.

En tant que famille, en tant que collectif, il est aujourd’hui de notre responsabilité de ne pas laisser parler en notre nom. C’est pourquoi nous rendons public notre bilan sur notre participation à  cet événement.

L’organisation de la marche

Il semblait normal qu’une famille de victime de crimes policiers et qu’un Collectif Vérité et Justice soit légitime à participer à l’organisation d’une marche faite au nom des familles de victimes de crimes policiers.

Cependant, alors même qu’en décembre 2016 la famille Bouras signait l’appel à la Marche et intégrait le cercle des familles au nom desquelles la manifestation était appelée, les organisateurs.trices avaient d’ores et déjà choisi leurs interlocuteurs.trices locaux sur la base d’affinités politiques : des militant.e.s du PIR local , le Front Antiraciste Alsacien, et du NPA.

La famille Bouras n’ayant donc pas le « privilège des contacts parisiens », c’est un groupe de militant.e.s politiques strasbourgeois qui a été désigné comme organisateurs de la mobilisation locale de la marche au travers d’un Collectif du 19 mars spécialement créé pour l’occasion.

Ainsi à aucun moment nous n’avons été considérés comme des organisateurs de la marche mais individuellement, la famille et une des membres du collectif, ont été « invité » à participer au meeting d’appel à la Marche du 11 mars à Strasbourg.

Toute la stratégie de l’organisation a consisté à tenter de nous obliger, dans une logique de « chantage à l’unité », à travailler localement sous la direction du collectif 19 mars local, désigné nationalement qui trouvait par la même occasion le moyen de se rapprocher du Collectif Vérité et Justice pour Hocine Bouras dont il avait été exclu. N’acceptant pas ce chantage nous nous sommes retrouvé.e.s écarté.e.s de fait de l’organisation de la marche.

Pour clarifier ce point il nous faut expliciter le contexte local de la lutte contre les violences policières, contexte qui, soulignons-le n’est pas inconnu des organisateurs parisiens de la marche.

Il y a quelques mois, des militant.e.s locaux et particulièrement ceux du Front Antiraciste Alsacien (organisation locale émanant du PIR) ont réussi par leurs méthodes inacceptables à être bannis du Collectif par la famille Bouras et les membres du Collectif. Les raisons de leur exclusion sont nombreuses: tentant initialement d’approcher la famille en cachant leurs appartenances politiques, en menant une stratégie politicienne de déligitimation des autres membres du collectif, mais également par leur agressivité constante même envers la famille, ils ont créé un climat d’hostilité interne. Ces militant.e.s ont réussi à mettre en péril les actions du Collectif Vérité et Justice pour Hocine Bouras. Le point d’orgue de ces tensions a été atteint lorsque, suite à l’évènement de sensibilisation à l’affaire Bouras organisé à Colmar le 4 septembre 2016, une militante locale du Front Antiraciste Alsacien ( alors membre du Collectif) a méprisé publiquement l’évènement et a déversé sur les réseaux sociaux un flot d’insultes envers certain.e.s membres du collectif. La famille ne pouvant plus supporter que son combat devienne le terrain de règlement de compte politique aux fins d’une légitimation de partis politiques (PIR, NPA, Front Antiraciste Alsacien, Ensemble…), elle a décidé de s’éloigner de ces organisations afin de se concentrer sur un travail local. Ces différends ne sont pas sans conséquence car ils ont empêchés toute mobilisation de contestation lors de l’annonce du non lieu émis par la Cour d’appel de Colmar le 8 septembre 2016. Et c’est ce qui fait, que nous famille Bouras, avec le collectif, nous ne pouvions plus travailler avec des personnes qui se moquaient de nos luttes et de leurs formes, au point de saboter notre mobilisation locale. Nous avons accusé le non-lieu en privé, alors que l’enjeu de notre lutte est de sortir du silence.

En parallèle, ce sont différents acteurs.trices organisateurs.trices de la Marche qui nous ont menti, et exhorté.e.s à collaborer avec ceux-là même qui par leur condescendance, leur mépris étaient devenus localement les fossoyeurs de notre autonomie politique. En effet, la famille et des membres de notre collectif ont subi à plusieurs reprises des pressions de la part de certain.e.s de ces organisateurs.trices. La palme de la récupération politique revient à cet organisateur de la marche qui n’a connu aucune limite dans ces tentatives de manipulation. Il est impossible de ne pas en parler, au vu des évènements, impossible pour nous de laisser ces personnes continuer à agir de la sorte dans l’ombre avec l’assurance que leur méthodes crasses ne seront jamais révélées au nom d’une soi-disant unité dans le milieu de l’antiracisme et des luttes contre les crimes policiers. En effet, cet organisateur ne pouvant simplement se contenter de contacter le collectif afin de faire valoir son point de vue sur la situation locale, est allé jusqu’à prêcher le faux pour obtenir satisfaction. Que dire de quelqu’un qui appelle certains membres de notre collectif pour expliquer que Louisa, la sœur de Hocine Bouras, a donné son accord pour travailler avec le Collectif local autoproclamé du 19 mars, et qui dans le même temps soutient la même chose à Louisa concernant certain.e.s membres de notre collectif. Nous nous sommes retrouvé.e.s face à des gens qui ne connaissaient aucune limite dans leur mépris de nos décisions collectives, et notamment dans notre refus catégorique de travailler sous la direction de partis politiques.

Malgré cela, nous nous sommes organisés pour la marche: mobilisation locale, montée d’un bus à Paris, collecte de fonds à ce dessein, en parallèle de l’impératif prioritaire pour nous en Alsace de financer la poursuite judiciaire de l’affaire en cassation. Nous avons enchainé les événements, afin de remplir un bus qui est venu grossir les rangs de la Marche.

A la veille de la manifestation, a été diffusé un mail rédigé par l’un des organisateurs  détaillant les modalités pratiques organisationnelles : sécurité, acheminement des bus, organisation du cortège. Ce mail, nous l’avons eu par l’intermédiaire d’une organisation nationale existant à Strasbourg, dont nous avons été tributaires, car le message n’a visiblement pas trouvé le chemin du Collectif Vérité et Justice pour Hocine Bouras.

La marche du 19 mars

Le jour de la marche, malgré la pression appliquée sur nos membres, et malgré les mensonges visant à nous diviser, la famille Bouras, le Collectif Vérité et Justice pour Hocine Bouras, et des dizaines d’Alsacien.ne.s se sont présenté.e.s pour la Marche. La famille, s’est vue de manière autoritaire refuser l’accès au cortège de tête parce qu’accompagnée de son collectif, condition inscrite dans le mail dont nous n’avions pas été les destinataires. Cette injonction a été adressée à Louisa, sœur de Hocine Bouras, par le même organisateur cité plus haut. Par la suite, nous avons réalisé qu’aucun temps de parole n’avait été prévu pour la famille Bouras, signataire de la Marche. Fatiha, la mère d’Hocine Bouras a pu finalement prendre la parole dans un climat hostile, en remerciant le hasard le plus total qui lui aura permis de parler au nom de son fils. Notre but n’étant pas de polémiquer nous n’étalerons pas ici les conditions de cette intervention qui mérite une discussion avec les intéressé.e.s.

A l’issue de la Marche, à côté de la scène des concerts, un stand proposait des t-shirt aux noms de nombreuses victimes de crimes policiers. Nous avons demandé à poser les t-shirts de notre collectif, afin que l’argent de la vente serve aux frais de justice engagé par la famille Bouras, chose qui nous a été catégoriquement refusée avec l’argument que seuls les t-shirts des organisateurs y étaient proposés (quels organisateurs ?). C’est à ce moment que la famille Bouras et les militant.e.s de notre collectif ont découvert que des t-shirt au nom de Hocine avaient été imprimés et étaient vendus par les organisateurs. Une fois de plus nous avons été révulsé.e.s de constater que le nom de Hocine Bouras était utilisé à l’insu de la famille, et que des fonds étaient collectés en son nom, fonds dont aujourd’hui encore nous ne connaissons pas l’usage. Ce dont nous sommes sûrs par contre, c’est que cette collecte faite au nom des familles n’est venue ni nous aider à la mobilisation locale et notamment à la montée en bus à Paris, ni nous aider à financer notre procédure en Cour de Cassation.

C’est donc avec la confirmation logique des méthodes précédant la marche que nous avons repris le chemin de Colmar et Strasbourg.

Après la Marche 

Après la manifestation, nous avons pris connaissance d’une réunion de bilan proposée par les organisateurs.trices parisien.ne.s de la Marche, toujours par voie indirecte. Sur le mail de notre collectif, sur son Facebook, pas de trace d’une volonté de travail conjoint. Aujourd’hui, une seconde réunion de bilan est organisée, à laquelle nous ne sommes toujours pas convié.e.s. Ainsi, le nom de Hocine Bouras et notre Collectif Vérité et Justice n’auront servi que d’outils de légitimation politique pour les organisateurs de la marche.

Finalement, nous avons pu constater à Paris le même contexte qu’à Strasbourg et Colmar, celui de la récupération des familles en tant qu’outil de légitimation par des organisations et partis, au profit d’une logique institutionnelle de rabattage de partis de gauche aux positions indéfendables (un discours complaisant et déresponsabilisant envers la structure policière, une considération du racisme individualisante et non pas structurelle, l’islamophobie reléguée au second rang…).

En effet, ceux.celles-là mêmes qui se sont réjoui.e.s publiquement de la présence des « partis de gauche », qui d’ailleurs ont représenté une part conséquente du cortège, sont les mêmes que nous n’avons pas entendus se réjouir de notre présence, sont les mêmes qui n’ont exprimé aucune auto-critique quant à l’organisation de l’évènement pour peut-être expliquer l’absence volontaire ou involontaire de certaines familles de victimes de crimes policiers. La présence des familles du Collectif Urgence Notre Police Assassine est devenue dans le discours de beaucoup la « caution famille » de la marche. En disant cela nous n’avons nullement l’intention d’insulter UNPA, mais seulement de clarifier la rhétorique politique de certain.e.s consistant à parler au nom de toutes les familles. Nous n’oublions pas la présence d’Urgence Notre Police Assassine à nos côtés dès le début de la lutte de la famille Bouras.

Débats ou Polémiques ?

En tant que famille signataire de la Marche du 19 mars et en tant que Collectif Vérité et Justice pour Hocine Bouras, nous tenons à nous exprimer publiquement au sujet du texte de critiques publié par le Collectif Vies Volées.

Avant toutes choses, nous ne nous sommes pas senti.e.s insulté.e.s par ce texte qui au contraire a rendu explicites un certains nombres de situations et problèmes que nous avons vécu aussi bien localement dans notre lutte au quotidien que durant l’organisation et le déroulement de la marche du  19 mars.

Ce que nous déplorons par contre, c’est l’absence de réponse politique de la part des organisateurs.trices de la marche et des partis et organisations politiques critiqués dans le texte. C’est cette absence de réponse politique au profit de commentaires haineux, méprisants et rhétoriques qui a transformé ce qui aurait pu être un débat fructueux dans la lutte contre le racisme structurel et les violences policières en une polémique imposant à chacun.e de choisir « son camp » et cela au détriment de questions fondamentales traversant nos luttes.

Ainsi notre objectif ici, rappelons-le, n’est pas de nourrir la polémique mais d’appuyer la nécessité de mettre collectivement à plat les problématiques gangrénant nos luttes. Il est de notre responsabilité de ne pas enterrer ces débats afin de ne pas, une fois de plus, se voir confisquer notre parole, quand bien même cela serait le résultat des politiques menés par nos « allié.e.s politiques ».

A ceux.celles qui expliquent que les critiques de la marche sont les ennemi.e.s des familles, nous répondons en tant que famille de victimes qu’il.elle.s ne doivent pas oublier qu’il.elle.s ne représentent personne d’autre qu’eux.elles-mêmes.

La réussite médiatique de la marche du 19 mars ne peut être considérée comme une victoire politique alors même que par la confiscation de la parole de nombres de familles, cette marche a représenté la défaite de notre autonomie politique. Cette confiscation a été avant toute chose le produit des méthodes de certain.e.s organisateur.trice.s de la marche à commencer par celles du PIR et avec la complicité volontaire ou involontaire des autres organisateurs.

Pour répondre à l’avance aux polémiques malhonnêtes de certains qui nous accuseront de faire de la critique du PIR une obsession, nous avançons que notre seule obsession est celle de notre autonomie et que nous critiquerons quiconque, ami.e.s ou ennemi.e.s, qui deviendront volontairement ou non un outil de confiscation de nos luttes, en parlant en notre nom, et en déclarant parler au nom de toutes les victimes du racisme structurel ou de toutes les familles de victimes de violences policières. La critique de la gauche traditionnelle a bon dos lorsque l’on reproduit soi-même les méthodes paternalistes de ces derniers.

Nous croyons en une autonomie qui se construit au quotidien sur le terrain de nos luttes. Aucunes envolées rhétoriques sur la définition théorique du « terrain » de lutte ne sauraient résister à cette réalité sociale : les premières victimes de violences policières restent les jeunes non-blancs de quartiers populaires. Ainsi le terrain de nos luttes contre ces violences commence par le « ter-ter » de nos quartiers, n’en déplaise à certain.e.s. A Colmar et à Strasbourg il n’y a certes pas de RER, comme nous pouvons le lire dans certains commentaires ironiques sur les réseaux sociaux, mais il y a des quartiers populaires dans lesquels jamais nous n’avons la chance de rencontrer les militants du PIR trop occupés à leurs activités conférencières de centre-ville.

Conclusion

Ce qui est fait pour moi, sans moi, est fait contre moi.

Nous ne sommes pas dupes quant à la ligne politique des organisateur.e.s lorsque d’un côté des familles de victimes sont écartées alors que de l’autre les post officiels de la Marche parlent « d’amour (révolutionnaire) » ou encore de « 1er pas vers la paix ».  Manifestement la promotion des concepts du dernier livre de Houria Bouteldja passe avant la parole des premiers concernés au nom peut-être d’une autonomie politique que nous ne saurions arracher par nos propres luttes.

Victoire politique ou coup de pub médiatique ?

La marche du 19 mars ne peut être considérée comme une victoire que par le PIR qui a réussi, avec des méthodes d’entrismes classiques empruntées à une gauche traditionnelle, à imposer sa ligne politique paternaliste à cet évènement. Nous ne nous contenterons pas d’une victoire médiatique clamée ici et là alors que nous accusons une défaite politique qui nous interpelle sur le décalage entre la centralité de notre lutte contre les violences policières au quotidien et la relative réussite d’une marche qui a instrumentalisée et confisquée la parole de famille de victimes comme nous.

Un rapport de force reste à construire

Nous nous adressons ici à toutes les familles de victimes de crimes policiers, et en particulier à toutes celles qui, de par leur refus de se laisser instrumentaliser, se sont retrouvés exclues ou ont décidé de ne pas participer à la marche. A l’heure où nous déplorons la mort de Shaoyo Liu, tué moins d’une semaine après la marche du 19 mars par un policier de la BAC, il est plus qu’urgent de construire notre unité. Pas une unité au service de la ligne politique de tel ou tel parti, pas une unité qui oublie nos luttes locales, mais une unité dont les critères seront définis par nous-même, pour nous-même.

Dans cet esprit collectif, la Marche nous a malgré tout permis de retrouver et rencontrer familles et manifestant.e.s, mobilisé.e.s contre les violences et crimes policiers, acteurs.trices de terrain revendiquant l’autonomie politique des luttes des quartiers populaires et la lutte contre le racisme et l’islamophobie, de créer et renforcer des liens primordiaux pour cette lutte, et de constater et d’apprécier la mobilisation auprès de divers groupes et individu.e.s engagé.e.s.

Nous nous adressons donc à toutes ces personnes qui, avec leur sincérité et leur détermination, ont répondu à ce qu’elles pensaient être un appel à l’unité, ainsi qu’à ceux qui n’ont pas pu, ou pas voulu répondre.

Notre Collectif se fixe aujourd’hui pour objectif de contribuer activement au développement d’un réseau par et pour les familles, et la Marche du 19 mars, avec les diverses problématiques qu’elle a mis en lumière, ne fait qu’accroître notre détermination.

Publicités

Rassemblement pour Shaoyo Liu vendredi 29 mars à 18h30 – Strasbourg

Tract rassemblement 31.03.17-page-001

Rassemblement pour Shaoyo Liu vendredi 29 mars à 18h30 – Strasbourg

Encore un tué de la logique sécuritaire et du racisme d’Etat,
jusqu’à combien?
Le Collectif Vérité et Justice pour Hocine Bouras souhaite aujourd’hui partager son sentiment d’horreur et d’injustice à la suite de l’assassinat par balle de Shaoyo Liu, la nuit du 25 mars 2017 à Paris commis par des agents de la BAC en civil. Nous appelons à Strasbourg à un rassemblement de solidarité avec la famille endeuillée de Shaoyo Liu et son quartier mobilisé ce vendredi 31 mars 2017 Place Kléber.
Nous connaissons par coeur la chanson répétitive des médias reprenant la version policière, et l’issue judiciaire de ce type d’affaire : Criminalisation de la victime, et répression de la colère légitime – Légitime défense pour les policiers – Non-lieu. Circulez il n’y a rien à voir qu’un fait divers, ou au mieux une simple possibililité de « bavure policière » insinueront peutêtre d’autres…

Après Zyed et Bouna, Ali, Lamine, Amine, Morad, Lahoucine, Wissam, Hocine, Babacar, Adama, et tant d’autres, le meurtre de Shaoyo Liu est le dernier en date d’une longue lignée de crimes racistes et policiers commis en France, qui se dénombrent à plus d’une dizaine par an. Il nous confirme malheureusement l’urgence de l’organisation face à un racisme qui est structurel et sa police meurtrière, elle-même protégée par une justice complice.

Cet événement nous remet face au récent passage de la loi d’élargissement de la légitime défense pour les policiers, qui confirme et accentue en l’institutionnalisant un pouvoir de tuer en toute impunité pour les personnes chargées de « notre sécurité ».

Il est important de se montrer uni.e.s face à cette violence systémique, venez nombreux.ses et déterminé.e.s pour combattre la répression impitoyable et assassine qui a causé à son domicile et sous les yeux de ses enfants la mort de Shaoyo Liu .


C’est pourquoi nous appelons à un rassemblement de soutien et de solidarité avec la famille Liu, pour que s’arrête cette hoggra policière, ce vendredi 31 mars à 18h30 Place Kléber à Strasbourg. 

PAS DE JUSTICE PAS DE PAIX!

On n’oublie pas Hocine Bouras, tué le 26 août 2014 entre Strasbourg et Colmar d’une balle dans la tête par un gendarme, et les non-lieux qui ont suivis, comme dans tant d’autres affaires connues ou restées dans l’anonymat. Il faut que ça cesse! Les quartiers ne sont pas des stands de tirs! Stop au racisme et au permis de tuer des forces de l’ordre!

L’événement facebook à partager au max –> https://www.facebook.com/events/317286792019383/
* * *
 * * *
 Solidarité de Strasbourg avec la famille de Shaoyo Liu, et son quartier mobilisé!
Solidarité contre la repression!

Retour sur le repas de Solidarité avec la famille Bouras du samedi 11 mars à Strasbourg en vue de la Cour de Cassation.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Merci à toutes les personnes venues à ce repas, à celles qui ont contribué au pot commun en ligne. Merci au CLASH – Convergence des Luttes Anti-Spéciste et Humaines pour tout le soutien apporté à notre collectif durant ces derniers mois, et particulièrement pour cette soirée, les desserts vegan étaient excellents. Merci aussi aux musiciens pour ce chouette moment musical! Merci à tous et toutes pour votre solidarité, ça nous renforce, et ça permet de continuer de propager du sourire, malgré tout!

Un énorme merci au groupe de rap Strategie de paix qui durant le Molodoi Prison Blues #4 Lyre le temps / Stratégie de paix organisé par le Genepi Strasbourgi et qui se déroulait juste à côté, a porté le t-chirt du collectif, et rappelé l’histoire de Hocine, tué menotté d’une balle dans la tête par un gendarme sur l’A35 entre Strasbourg et Colmar! C’était en 2014, et aujourd’hui, la famille Bouras n’est pas toute seule. Merci pour ce soutien, et de propager cette mémoire des luttes via la musique, contre les crimes policiers et ce système d’inégalités sociales! Ni oubli, ni pardon!

Bus de Strasbourg/Colmar pour la Marche pour la Justice et la Dignité à Paris (coll V&J HocineBouras)

Pour rejoindre la Marche pour la Justice et la Dignité du 19 mars à Paris, la famille Bouras avec le Collectif Vérité et Justice pour Hocine Bouras organisent un départ groupé de Strasbourg et Colmar en bus.

16265596_426148591050201_4747913613539572677_n
La Marche pour la Justice et la Dignité est un moment politique important pour les familles de victimes de violences policières et de crimes policiers.
C’est le jour où nos morts sortent de l’ombre et de l’oubli.
C’est le jour où vous croiserez leurs portraits.
C’est le jour où les familles se retrouvent trop nombreuses pour clamer leur combat pour la Justice, la Vérité et la Dignité.

Le 19 mars, nous marcherons pour dénoncer la Hogra.
Le 19 mars, nous marcherons pour dénoncer la chasse aux migrant-e-s.
Le 19 mars, nous marcherons contre le racisme et les violences policières.

La Marche se concluera par un concert de soutien aux familles de victimes mais aussi pour célébrer cette Marche.
A 18h de nombreux artistes seront présents.

Un bus au départ de Strasbourg qui passera par Colmar a été organisé par notre Collectif Vérité et Justice pour Hocine Bouras afin de rejoindre ensemble et le plus nombreux possible cette marche à Paris ce jour là.
Merci de nous contacter pour réserver votre place :

collectifhocinebouras@gmail.com

Horaires :

Départ de Strasbourg : 04h45 / Départ de Colmar : 05h30

Arrivée à Paris : 12h30 Place de la Nation

< Sur place : Déjeuner (prévoir le pic-nique) + Marche + Début des concerts >

Retour de Paris: 21h30 (au départ de Nation) on retourne en Alsace au petit matin (prévoyez bien de quoi dormir dans le bus pour assurer au mieux votre confort)


Prix indicatif : 40 euros.
Possibilité tarif dégressif pour etudiant.e.s/précaires ( à partir de 20€)

 Pour régler votre place, vous pouvez nous rencontrer:
* le vendredi 03 mars au CAJ Molodoï Strasbourg lors du Concert de Solidarité contre les Repressions.

* le dimanche 05 mars à Colmar (lieu à venir)
* le mercredi 08 mars à Strasbourg lors du Food Not Bombs au Faubourg National de 19h à 21h.

* le 11 mars à Portes Ouvertes lors du repas de solidarité avec la famille Bouras

* Le lundi 13 et mercredi 15 mars au CAJ Molodoï à partir de 20h : une personne du collectif sera présente.

 

Lien facebook à partager au max –> Bus de Strasbourg/Colmar : Marche19mars Paris

Le 04 mars 2017 meeting à Paris pour la marche du 19 mars et hommage à Amadou Koumé

Le collectif d’organisation de la Marche du 19 mars appelle à un grand meeting qui se tiendra à la bourse du Travail de Paris le 04 mars prochain autour de la famille d’Amadou Koumé, mort le 6 mars 2015 dans le commissariat du 10ème arrondissement.

Rendez-vous le 4 mars 2017, 13h30, bourse du travail de Paris (85 rue Charlot à République). En présence des familles des victimes et notamment de Jessica Koumé, Amal Bentounsi et Ramata Dieng et en présence d’Omar Slaouti, porte parole du collectif 19 mars, mais aussi de nombreux représentants des organisations et collectifs signataires de l’appel de la Marche. Le Collectif Vérité et Justice pour Hocine Bouras y sera aussi.
Rappelons qu’Amadou Koumé est mort d’un œdème pulmonaire survenu dans un contexte d’asphyxie avec traumatisme facial et cervical. Il est une victime de plus de pratiques policières d’interpellation scandaleuses comme la clé d’étranglement, des pratiques jugées tellement dangereuses qu’elles sont interdites dans de nombreux pays. Une fois de plus, pourtant, la justice vient de rendre un non-lieu dans cette affaire.

A Bobigny, nous étions nombreuses et nombreux en solidarité avec Théo Luhaka, contre les humiliations, contre les violences policières, contre le racisme. Pour Théo bien sûr qui a été frappé et violé mais aussi pour Amadou Koumé, Amine Bentounsi, Lamine Dieng, Wissam El Yamni, Zyed Benna et Bouna Traoré, Adama Traoré et bien d’autres tués par la police. Une fois de plus la police a tout fait pour provoquer délibérément les manifestant.e.s et criminaliser la mobilisation. Nous affirmons ici notre solidarité avec les 37 interpellés.

Depuis plus de 40 ans, les policiers bénéficient d’une véritable impunité dans les quartiers. Contrôles au faciès, tutoiements, injures et provocations racistes pendant que la justice couvre ces agissements en acquittant ou en donnant du sursis aux policiers incriminés. Aujourd’hui un syndicaliste policier peut tranquillement à la télé défendre l’utilisation du terme raciste bamboula.

La dernière loi votée par ce gouvernement est un véritable arsenal répressif, la loi de sécurité publique s’ajoutant au maintien de l’état d’urgence. Les règles de légitime défense pour les policiers, sont assouplis et les peines pour outrage aux forces de l’ordre sont alourdies. L’impunité policière est désormais légalisée !


Nous ne baisserons pas les yeux ! Contre la hogra, les humiliations répétées, le racisme et les violences policières nous nous réunirons le 4 mars à la bourse du travail de Paris, rue Charlot, à 14h et nous marcherons tous ensemble le 19 mars à Paris. 
Les deux rendez-vous sont pris ! Soyons nombreux et nombreuses à exprimer notre résistance au meeting et dans la rue !

Pour rejoindre la Marche pour la Justice et la Dignité du 19 mars, la famille Bouras avec le Collectif Vérité et Justice pour Hocine Bouras organisent un départ groupé de Strasbourg/Colmar en bus.

(adresse mail pour réserver les places : collectifhocinebouras@gmail.com)

* * *

amadoukoume-e93bb

* Amadou Koumé est décédé à l’âge de 33 ans dans un commissariat de Paris la nuit du jeudi 5 mars au vendredi 6 mars 2015 peu après avoir été violemment interpellé.Il était originaire de Saint-Quentin dans l’Aisne en Picardie, et papa de deux enfants. Sa mort ne s’était ébruitée dans les médias que le 20 avril par Le Parisien qui citait alors une source judiciaire qui expliquait de manière lapidaire : “quand les policiers ont voulu le menotter, il s’est débattu. Ils ont dû procéder à une manœuvre d’étranglement pour lui passer les menottes. A l’arrivée au commissariat à 0 h 25, ils se sont rendu compte qu’il était amorphe. Le Samu a tenté de le ranimer, en vain”.

11919121_882094795179815_4300117078205441431_n

 Nous citons ici un article paru dans Paris-lutte sur la mort de Amadou Koumé

« Ce que ne fait pas bien sûr l’article du « Parisien », c’est le rapprochement avec la mort de plusieurs personnes, tuées elles aussi par étranglement. Une pratique dénoncée depuis longtemps, suite notamment à la mort d’Hakim Ajimi en 2008 :

Lors de contrôles d’identité, ou d’interpellations, la Police applique une méthode d’immobilisation qui dans sa pratique peut provoquer la mort : cette méthode “au corps à corps” consiste à ce qu’un fonctionnaire de police étrangle la personne qui se trouve au sol, pendant qu’un autre lui comprime la cage thoracique en appuyant fortement son genou dans le dos. Cette pratique appelée aussi “clé d’étranglement” entraine l’immobilité, la suffocation, de graves lésions qui peuvent provoquer alors des conséquences irréversibles quand ce n’est pas la mort.

Trois flics avaient été condamnés à de la prison avec sursis pour la mort d’Hakim Ajimi. Depuis, plusieurs personnes sont mortes pour avoir eu le malheur de croiser des flics friands de cette pratique. Elle est pourtant connue depuis plus de dix ans par tous les policiers comme pouvant être mortelle.

Hakim Ajimi, tué par la police par étranglement - 586.4 ko
Légende de l’image : Hakim Ajimi, tué par la police par étranglement

En juin 2009, Ali Ziri mourrait dans les mêmes circonstances à Argenteuil. En 2011, c’était Wissam El-Yamni à Clermont-Ferrand. À chaque fois, les flics s’en sont sortis, comme dans la plupart des cas où la police est accusée de meurtre ou de mutilation. » (…)

9145ed3692b747700cbb1df2ee9d068c.png

A l’appel des proches d’Amadou Koumé, le 30 mai 2015, 1000 personnes se rassemblent à Saint-Quentin pour rendre hommage à Amadou. Une autre marche commémorative rassemblera 400 personnes à la Gare du Nord de Paris  le 10 octobre 2015 pour soutenir la famille pour connaitre la vérité sur la mort de Amadou Koumé et pour demander la nomination d’un juge d’instruction.

Page facebook du Collectif  : Tous ensemble pour une justice claire et transparente

amadou-koume

Le 17 novembre 2015, le Non-lieu est prononcé par le Procureur pour Amadou Koumé. Moins de dix jours après, nous apprenons le 25 novembre le Non-lieu pour Hocine Bouras… Malgré cela, notre détermination des familles des victimes de crimes policiers reste intacte pour obtenir Vérité et Justice et mettre fin au Permis de Tuer, au Racisme d’Etat, aux violences sécuritaires.En juillet 2016, nous apprenons « qu’un juge d’instruction vient d’être nommé dans l’affaire d’Amadou Koumé après pratiquement 2 ans de combat judiciaire l’enquête s’ouvre! Moralité ne pas plier face à ses oppresseurs !! Cependant rien n’est gagné le combat continue ! Pas de justice pas de paix ! » Aussi, du 6 au 10 mars 2017 se tiendra aux assises de Paris, le procès en appel du policier Damien Saboundjian qui a tué Amine Bentounsi d’une balle dans le dos. Tout notre soutien aux proches qui continuent cette lutte! Quant à la famille Bouras, nous continuons de la soutenir pour faire parvenir le dossier de Hocine en Cour de Cassation!

Ils nous voulaient silencieuses, isolées et à genoux, aujourd’hui, 2017, nous sommes toujours unies et debout, nous ne lâcherons pas le combat et continuerons de faire entendre nos voix et de prendre les rues!

Campagne de soutien du collectif Vérité et Justice pour Hocine Bouras

16788101_757831494393574_230954511_n

Le Collectif Vérité et Justice pour Hocine Bouras essaye de récolter des fonds financiers afin d’aider la famille Bouras pour les frais juridiques engagés, et à venir, vu que l’affaire est engagée en Cour de Cassation suite à la confirmation du Non-lieu prononcé en Appel le 08 septembre 2016 à Colmar.

Nous avons ainsi ré-imprimé à la main  des T-shirt que nous mettons en vente à prix libre à partir de 10€ ( Colmar/Strasbourg) mais aussi des débardeurs rouges à partir de 15€ et des pulls gris à partir de 20€

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Petit aperçu du travail d’équipe réalisé cet automne et cet hiver (oui c’est du fait main!)

Toutes tailles – T-shirt couleur Blanc/Noir + Débardeurs rouges

N’hésitez pas à nous en demander, et à ouvrir d’autres points de distribution. Toute aide et soutien est vital dans ce combat pour maintenir et instaurer ce rapport de force bien inégal contre le racisme d’Etat, les violences policières et leur impunité.

Toute proposition  d’événement permettant d’exposer l’histoire de Hocine et la lutte du collectif et de récolter des fonds financiers est bienvenue (concerts, expositions, événements militants, rencontres publiques, animations de rues, etc.) Le soutien peut aussi passer par la mise à disposition de tracts, la vente de T-chirt, la présence de la famille et/ou de membres du collectif à différentes occasions, la diffusion des informations via le blog et la page facebook, le bouche-à-oreille, les rassemblements, les productions artistiques, etc.

Nous avons également mis en place un pot commun en ligne, permettant de récolter vos dons pour la famille Bouras. N’hésitez pas à le faire tourner.

www.lepotcommun.fr/pot/zsttyl4p

Merci d’avance à tous et toutes qui nous permettez de ne pas baisser les bras!

On ne lâchera rien!

13697275_1055222177889450_3532906190366563086_n