26 août 2021 : Hocine présent !

Hocine a grandit à Colmar. Il avait 23 ans en 2014.

Le 26 août 2014, c’est menotté, sur le bord de l’Autoroute A35 qu’il a été tué d’une balle à la joue par le gendarme qui l’escortait. Il était alors en situation de transfèrement vers le tribunal de Colmar. Depuis, 7 ans se sont déjà écoulés, nous ne l’avons pas oublié.

Colmar 2021

Un triste anniversaire que celui de la perte d’un frère, qui marque à jamais les larmes d’une mère, mais aussi sa force, son courage et sa détermination. Tout le respect à elle qui continue de partager et transmettre un si précieux sourire, qui ne baisse jamais les bras, qui malgré les embuches et les coups bas, porte actuellement le dossier à la Cour Européenne des Droits de l’Homme après avoir essuyé des successions de « Non-lieux » rendus par les différentes instances judiciaires.

2021, Hocine aurait été dans sa 30ème année. A Colmar comme ailleurs, le nom et l’histoire de Hocine est loin d’être effacé. Les luttes marquent les générations et portent avec elles de nouveaux espoirs pour aujourd’hui comme pour demain. Aux quatre coins de l’Alsace et bien au-delà, nous continuons de soutenir le combat pour la mémoire de Hocine et pour tant d’autres victimes de crimes policiers aux côtés des familles en lutte, contre la justice à deux vitesses et le racisme institutionnalisé, pour faire entendre les vérités portés par les faits. Aujourd’hui encore, il y a trop de vies volées! Les violences d’Etat, il faut que ça cesse! La solidarité restera notre arme la plus précieuse.

Hocine, présent dans nos mémoires et dans nos coeurs.

Pas de justice pas de paix!

Stop au permis de tuer

Le 04 août, un policier a tué un jeune conducteur de 19 ans, Souhil, d’une balle dans le thorax à Marseille. Le syndicat de police Alliance affirme que la victime aurait tenté d’esquiver un contrôle et heurté la jambe d’un collègue du tireur.

Évidemment, ils invoqueront l’article 435-1 de la LSI (2017) élargissant le cadre de la légitime défense (qu’on appelle le « permis de tuer »). Nous les connaissons par coeur, eux et leur système d’impunité…

L’affaire rappelle celle d’Abubakar Fofana, tué par un CRS à Nantes le 3 juillet 2018 d’une balle dans la tête, ou celle de Henri Lenfant, tué le 28 septembre 2018 à Fouquières-lès-Lens par le #GIGN d’une balle dans la nuque…

Communiqué et image tiré du Collectif Désarmons-Les

Réseau d’Entraide Vérité et Justice

📢 Depuis plus de 10 ans, des associations, des collectifs se sont crées dans le but de venir en aide aux victimes de violences d’Etat et aux familles endeuillées suite à un crime policier ou pénitentiaire.

Un long travail de terrain, de nombreuses rencontres et échanges, le partage de la douleur, de la colère, la même ténacité face à une justice défaillante nous ont conduit à vouloir donner forme et force à notre combat commun.

Le Réseau d’Entraide Vérité et Justice est l’outil dont nous nous dotons aujourd’hui pour parler d’une même voix, pour dénoncer plus fort et plus de choses encore comme le racisme, les politiques répressives du maintien de l’ordre, le rôle même de la police dans la protection d’un système politique mortifère, les violences pénitentiaires ou les violences faites aux migrants, le harcèlement des sans-abris.

🤝 Il regroupe des familles de victimes, des mutilé.e.s, des blessé.e.s, des collectifs anti-répression… [Liste en cours]

👇 Vous trouverez ici son texte fondateur et ses revendications :
➡https://www.facebook.com/reseauveriteetjustice/posts/123200779807287

🖋 Vous pouvez nous joindre là :
reseau.veriteetjustice@protonmail.com

💖 Vous pouvez nous soutenir financièrement ici :
➡https://www.helloasso.com/…/comite-d…/collectes/-1

Vos soutiens, nos meilleures victoires!

Nous n’oublions pas qu’à nos côtés, des militants et militantes, des artistes, des membres des familles de victimes, des personnes proches ou de l’extérieur, s’engagent au quotidien, individuellement ou collectivement. C’est pas seulement du temps ou de l’argent, c’est bien plus que cela ce soutien. Ce sont des vies entières qui se rencontrent et se croisent, se serrent les coudes pour partager et transmettre des mémoires faites de douceurs, d’amours et de douleurs. Souvent, ils et elles se prennent la répression de l’Etat, certains et certaines sont enfermé.e.s ou menacé.e.s. Sont accusés de « violences » parce que elles et ils osent dénoncer à nos côtés les injustices et les violences commises par les « forces de l’ordre », celles qui ôtent des vies, celles qui blessent, mutilent, enferment et répriment. Celles qu’ils faudrait laisser taire… Il y a trop d’exemples autours de nos collectifs en lutte, mais votre force est la notre, vos soutiens sont nos futures victoire. Nous ne sommes pas que des victimes, nous sommes solidaires dans cette guerre. Dans nos sourires partagés au-delà des larmes, notre puissance. Ian.B : A nos corps défendants ! Merci d’être là. Soutien à toi et au Collectif Désarmons-les.

Merci aux soutiens locaux et à ceux qui nous arrivent parfois de loin, en musique, en monnaie, en sourires ou dans la rue. Merci particulier à l’association AIM Strossburi ( >>> Retour sur 5 années de soutien à la mif’ de Hocine Bouras par l’AIM Strossburi ) à l’ATMF de Strasbourg, à l’Association Papier Gachette, à l’ASL, au Festival SelbstGemacht, au Collectif Vies Volées, au Collectif DésarmonsLes, aux militant.e.s solidaires de Mulhouse et alentours, aux colmarien.ne.s qui n’ont pas oublié. On ne lâchera rien!

Le Collectif Vérité et Justice pour Hocine mobilisé contre la Loi Sécurité Globale

Hocine avait 23 ans en 2014, il a grandit à Colmar. Le 26 août de cette année, c’est sur le bord de l’Autoroute A35 qu’il a été tué d’une balle par un gendarme qui l’escortait. Depuis, comment faire confiance en la justice avec tout le parcours et les obstacles qui nous mènent aujourd’hui jusqu’à la Coure Européenne des Droits de l’Homme? Nous ne cesserons de le répéter : Les violences policières, il faut que ça cesse ! Trop de personnes en meurent. Notre Collectif est solidaire depuis plusieurs semaines des mobilisations qui ont lieu dans plusieurs villes contre la Loi Sécurité Globale, pour son retrait total. Notre combat contre les crimes policiers ne peut supporter ce durcissement des mesures sécuritaires actuelles, qui couplé à la crise sanitaire, ne serait salutaire pour personne.

Depuis de nombreuses années, nous dénonçons sans relâche les faits trop nombreux de personnes tuées par les armes ou entre les mains de policiers ou gendarmes, et les traitement judiciaire des affaires. Des histoires de vies volées qui auraient pu êtres évitées, des successions de « Non-lieux » inlassablement délivrés par les Instances judiciaires, des successions de témoignages contradictoires entre les discours médiatiques et institutionnels, et les témoignages directs des entourages et/ou témoins des scènes, des preuves accablantes qui disparaissent des dossiers ou sont mis de côté, des criminalisations à outrance des victimes, des douleurs de proches qui doivent affronter la honte et le mépris d’oser demander des comptes en cherchant à reconstituer les vérités des faits, à qui on demande de ne pas faire de bruit, de ravaler la peine, de ne pas l’étaler, des colères souvent réprimées, gazées, fracassées, emprisonnées, des mobilisations mises sur le banc des accusations… Des frais judiciaires qui semblent sans fin, qui parfois ne mènent à rien…

Pourtant aujourd’hui et plus que jamais, nos collectifs composés de familles et proches de victimes, blessées ou tuées par les agents d’Etat, sont déterminés, soutenus à leurs petites echelles, soudées malgrés les distances qui les séparent, du Collectif Vies Volées, au Collectif Urgence Notre Police Assassine, du Collectif La Vérité pour Adama Traoré, en passant par tous les Comités Vérité et Justice qui existent dans l’hexagone, et partout dans le monde, nous continuerons de clamer : Pas de Justice Pas de Paix! De nous opposer au Racisme d’Etat, à la Justice à deux vitesses, aux armes et outils de surveillances vendus et utilisés, non pas au service des populations, mais tournées contre une partie d’entre eux, jeunes, personnes des quartiers, manifestant.e.s… La liste est tellement longue, et ne cesse de chaque année s’allonger. Il y a assez d’images et de témoignages pour le savoir. Pour nous croire.

Le 12 décembre, nous participons aux mobilisations dans les rues, pour affirmer notre solidarité avec les autres collectifs de familles de victimes en lutte, car leur douleur est la nôtre, mais notre hargne et défiance envers ce système, et notre sourire envers nos proches et soutiens du quotidien restent nos meilleurs armes pour aujourd’hui comme pour demain.

Nous continuons de récolter des fonds car le confinement ne nous a pas permis de rassembler la somme requise pour la Coure Européenne des Droits de l’Homme où est actuellement engagée la famille de Hocine Bouras, et l’échéance de payement est très proche. Il y a pour nous urgence de sortir du silence. Nous avons besoin de tout votre soutien, la famille de Hocine vous remercie pour l’accompagnement et les marques de solidarité depuis ces six dernières années. Merci pour la mémoire de Hocine, merci de ne pas l’avoir oublié, de rappeler qui il était. Ne laissons plus faire. Notre silence ne comblera jamais les absences, mais notre présence marquera la prudence de ceux qui arborent légalement les armes et les injustes sentances.

👉 Rdv à Mulhouse ce samedi 12 décembre à 14h, place Franklin : Manifestation unitaire pour le Retrait total de la Loi Sécurité Globale.

👉 A Strasbourg également, il y a une nouvelle manifestation ce samedi. Rendez-vous dès 12h30 place de la République.

👉👉👉Notre cagnotte en ligne : https://www.paypal.com/pools/c/8rBFZTr7Qx

Cagnotte en ligne du Collectif

Le 26 août 2014, Hocine Bouras a été tué d’une balle à la joue sur l’autoroute A35 par un gendarme, alors qu’il était menotté et en situation de transfèrement vers le tribunal de Colmar. Depuis, plusieurs membres de sa famille avec l’aide de militant.e.s locaux, et d’autres collectifs luttent contre les violences policières.

Aujourd’hui, la famille porte cette affaire en Cour Européenne des Droits de l’Homme. Le dossier a été accepté et elle attend donc le futur procès. Cette cagnotte qu’elle met en place permet de payer les frais des avocats Uniquement.

Dernière ligne droite pour réclamer VERITE & JUSTICE pour Hocine. Grâce à vous,nous irons au bout de notre combat. Pour motiver d’autres familles à sortir de l’ombre Redorer la mémoire d’Hocine,apaiser le cœur de la famille. La valeur du don n’est pas important,c’est le geste Merci de votre soutien 🙏🏼

Lien de la cagnotte en ligne >>> Justice & Vérité pour Hocine BOURAS ( https://www.paypal.com/pools/c/8rBFZTr7Qx via paypal )

Montant à atteindre : 3 000 EUR

Nous rappelons que toutes les aides et sont les bienvenus pour faire perdurer l’activité du Collectif et apporter un soutien concret à la famille de Hocine pour lui assurer son autonomie et son indépendance. Merci de relayer la vente des t-shirt confectionnés par nos soins et les petites mains solidaires ( à partir de 10€ ), de passer par nous pour vous procurer les livres 100 Portraits contre l’Etat Policier du Collectif Cases Rebelles ou Permis de Tuer – Chronique de l’impunité policière du Collectif Angles morts aux éditions Syllepseou encore Etat d’urgences et business de la sécurité de Mathieu Riggouste aux éditions Niet! (épuisé pour le moment) et Souscription pour l’édification d’un monument au policier inconnu de Maurice Rajsfus aux Editions La Pigne.